DÉPISTAGE

DU CANCER DU POUMON

Le dépistage précoce du cancer du poumon est essentiel pour aider à améliorer vos chances de survie. Cependant, un rapport de 2020 de la Société canadienne du cancer a montré que seulement environ 21 % des cancers du poumon sont diagnostiqués au stade 1, alors que le pourcentage estimé des personnes encore en vie 3 ans après avoir reçu un diagnostic de cancer du poumon au stade 1 est supérieur à 70 %. Environ 50 % des cas de cancer du poumon sont diagnostiqués au stade 4; pour ce stade, le pourcentage estimé des personnes encore en vie 3 ans après avoir reçu un diagnostic de cancer du poumon tombe à 5 %. Une des raisons principales du diagnostic tardif du cancer du poumon est le fait que les symptômes passent souvent inaperçus aux stades précoces de la maladie.

Taux de survie supérieur à 70 %

Survie nette prévue estimée à 3 ans

Taux de survie de 5 %
Stade 1 environ 21 % des cancers du poumon sont diagnostiqués.

Le dépistage du cancer du poumon peut aider à le diagnostiquer à un stade précoce, lorsque la maladie pourrait mieux répondre au traitement. Collaborez avec votre médecin afin de déterminer si vous répondez aux critères d’admissibilité pour le dépistage du cancer du poumon et si le dépistage du cancer du poumon est offert dans votre province.

Stade 4 environ 50 % des cancers du poumon sont diagnostiqués.
Taux de survie supérieur à 70 %
Stade 1 environ 21 % des cancers du poumon sont diagnostiqués.

Survie nette prévue estimée à 3 ans

Le dépistage du cancer du poumon peut aider à le diagnostiquer à un stade précoce, lorsque la maladie pourrait mieux répondre au traitement. Collaborez avec votre médecin afin de déterminer si vous répondez aux critères d’admissibilité pour le dépistage du cancer du poumon et si le dépistage du cancer du poumon est offert dans votre province.

Taux de survie de 5 %
Stade 4 environ 50 % des cancers du poumon sont diagnostiqués.

Dépistage par tomodensitométrie (TDM) à faible dose

Si votre médecin évalue que vous répondez aux critères d’admissibilité déterminés par votre province pour le dépistage du cancer du poumon, il pourrait vous recommander de passer un examen par TDM à faible dose. La TDM à faible dose émet beaucoup moins de radiations que la TDM ordinaire afin d’obtenir une image détaillée de votre thorax. La TDM servira à déceler des signes de cancer du poumon.

Dans ses lignes directrices de 2016, le Groupe d’étude canadien sur les soins de santé préventifs recommande le dépistage par tomodensitométrie (TDM) à faible dose annuellement pendant 3 années de suite aux adultes à haut risque âgés de 55 à 74 ans qui fument actuellement ou ont arrêté de fumer il y a moins de 15 ans, présentant des antécédents de tabagisme d’au moins 30 paquets–années*.

Des risques potentiels existent associés aux tests de dépistage du cancer du poumon, comme l’exposition aux radiations, le risque de résultats faux positifs ou de complications liées aux tests de suivi. Néanmoins, lorsque le dépistage du cancer du poumon est effectué chez des personnes à haut risque, les avantages du dépistage par la TDM à faible dose surpassent les dangers potentiels. Il n’existe pas suffisamment de données probantes pour savoir si le dépistage du cancer du poumon est efficace chez les personnes qui ont fumé moins de 30 paquets par année ou qui présentent d’autres facteurs de risque du cancer du poumon. Les personnes qui ne présentent pas de risque élevé en fonction de leurs antécédents de tabagisme ne devraient pas faire l’objet d’un dépistage.

Parlez–en avec votre médecin afin de déterminer si vous présentez un risque élevé de cancer du poumon. Votre médecin peut vous faire savoir si le dépistage du cancer du poumon est offert dans votre province et si vous répondez aux critères d’admissibilité. 

Dépistage par tomodensitométrie (TDM) à faible dose
Il a été démontré que le dépistage précoce par TDM à faible dose permet de réduire la mortalité attribuable au cancer du poumon de 20 %.

Dépistage précoce du cancer du poumon

Si vous ou un proche êtes à risque ou présentez des symptômes de cancer du poumon, n’attendez pas pour passer à l’action. Étant donné que votre médecin pourrait ne pas aborder le sujet avec vous, il est important de lui demander quel est votre risque de cancer du poumon. 

  • Un sondage récent a révélé que seulement environ 13 % des Canadiens ont signalé que leur médecin a abordé le sujet des facteurs de risque du cancer du poumon avec eux. Parmi ceux–ci, 35 % ont mentionné que leur médecin n’avait pas recommandé le dépistage.

Bien que la possibilité d’un diagnostic de cancer du poumon puisse faire peur, le dépistage précoce du cancer du poumon est essentiel. Lorsque le cancer du poumon est diagnostiqué à un stade précoce, il pourrait mieux répondre au traitement.

Si vous ou un proche êtes à risque ou présentez des symptômes de cancer du poumon, PASSEZ À L’ACTION dès maintenant! Parlez–en à votre médecin. Si vous n’avez pas de médecin de famille, contactez votre association du cancer de votre province.

Dépistage précoce du cancer du poumon
Si vous pensez être à risque ou présentez des symptômes du cancer du poumon, parlez–en immédiatement à votre médecin.

Si vous pensez être à risque ou présentez des symptômes du cancer du poumon, parlez–en immédiatement à votre médecin.

Télécharger le Guide de discussion sur le dépistage précoce
*
Le dépistage du cancer du poumon est présentement offert dans certaines provinces seulement.
Résultats d’une enquête de Merck menée auprès de 1 000 Canadiens âgés de 18 ans et plus entre le 15 et le 23 juillet 2021, visant à évaluer le comportement des Canadiens en matière de santé personnelle et leur connaissance des symptômes et des statistiques du cancer du poumon.