FACTEURS DE RISQUE

DU CANCER DU POUMON*

Les facteurs de risque peuvent accroître votre risque de cancer du poumon. Certains facteurs de risque  –  appelés facteurs de risque modifiables –  comprennent des éléments que vous pouvez changer. D’autres, les antécédents familiaux, ne peuvent pas être contrôlés. Le fait de savoir si vous êtes à risque et d’en parler avec votre médecin peut vous aider à prendre l’avantage sur le cancer du poumon.

Le cancer du poumon est l’un des cancers les plus évitables au Canada.

  • Les facteurs de risque que vous pouvez contrôler sont responsables d’environ 85 % des cas de cancer du poumon.
  • Entre 2020 et 2045, on estime que 623 500 cas de cancer du poumon pourraient être potentiellement évités.

Collaborez avec votre médecin pour savoir si vous pouvez apporter des changements dans votre vie afin de réduire votre risque de cancer du poumon. Apprenez–en davantage au sujet des facteurs de risque de cancer du poumon ci–dessous et parlez–en à votre médecin si vous pensez que vous ou un proche présentez un risque potentiel.

Facteurs de risque connus que vous pouvez contrôler*

Tabagisme

Tabagisme

Fumer des produits de tabac est la principale cause de cancer du poumon évitable. Plus une personne fume longtemps, et plus elle fume chaque jour, plus son risque est élevé. 

  • En 2015, on estimait que 72 % de tous les cancers du poumon diagnostiqués étaient causés par le tabagisme.

Il n’est jamais trop tard pour arrêter! Arrêter de fumer, à n’importe quel âge, peut aider à réduire le risque de cancer du poumon. Si vous ou un de vos proches avez besoin d’aide pour arrêter de fumer, parlez–en à votre médecin. 

Une étude a démontré qu’entre 2017 et 2018, l’utilisation de la cigarette électronique, ou le vapotage, a augmenté parmi les jeunes âgés de 16 à 19 au Canada. Les effets à long terme des cigarettes électroniques sont inconnus, et ils peuvent mener plus tard au tabagisme.

Radon

Radon

Le radon est un gaz incolore, inodore et insipide, formé par la décomposition naturelle de l’uranium contenu dans la roche et le sol. Normalement, le radon se trouvant à l’extérieur n’est pas nocif, se dispersant à l’air libre. Le radon devient un problème lorsqu’il s’infiltre à travers les planchers ou les fissures des fondations de votre maison. Il peut atteindre un taux nocif dans les espaces clos où l’air circule mal.

Le risque d’apparition du cancer du poumon dépend de la quantité de radon à laquelle vous êtes exposé(e) et de la durée de votre exposition. S’il est établi que votre maison présente des concentrations de radon élevées, il existe des solutions pour en réduire la quantité et aider à diminuer le risque de présenter un cancer du poumon pour vous–même et pour vos proches.

Après le tabagisme, le radon représente la deuxième cause de cancer du poumon chez les fumeurs et la première cause de cancer du poumon chez les non–fumeurs.

Inactivité physique

Inactivité physique

Des études montrent que les personnes qui font de lactivité physique régulièrement sont moins susceptibles de développer un cancer du poumon. En pratiquant chaque jour au moins 30 minutes d’activité modérée qui augmente votre rythme cardiaque, vous pouvez contribuer à réduire votre risque.

Trouvez une activité que vous appréciez qui vous motive chaque jour à vous lever et à bouger. Ce pourrait être la marche, la natation, le cyclisme ou la pratique d’un sport avec des amis.

Pollution de l’air

Pollution de l’air

La pollution de l’air est la présence de produits chimiques ou de particules nocifs dans l’air que vous respirez. Le type de polluants présents dans l’air dépend de la zone ou de la région que vous habitez. Vous pouvez trouver des taux élevés de polluants dans les grandes villes, particulièrement près des routes à fort trafic.

La pollution de l’air extérieur a été associée à une augmentation du risque de cancer du poumon. Plus vous passez de temps dans la pollution de l’air, plus votre risque est élevé.

Selon certaines études, il est estimé que 5 % des décès liés au cancer du poumon dans le monde pourraient être dus à la pollution de l’air extérieur.

L’exposition à certains produits chimiques au travail

L’exposition à certains produits chimiques au travail

Les travailleurs de certains secteurs peuvent être régulièrement exposés à des produits chimiques cancérigènes qui augmentent le risque de cancer du poumon. Ces produits chimiques toxiques comprennent l’amiante, le gaz d’échappement de moteur diésel, l’uranium et d’autres agents radioactifs, l’arsenic, le nickel, le cadmium, les composés de chrome, la silice cristalline, le gaz moutarde, les éthers chlorométhyliques – et de nombreux autres. Les personnes travaillant dans les secteurs suivants présentent le risque le plus élevé :

  • Construction  
  • Transport 
  • Mines 
  • Certains secteurs manufacturiers 

Si votre emploi vous expose à un risque accru d’exposition à des produits chimiques cancérigènes, assurez–vous de prendre toutes les précautions nécessaires.

En 2020, on estime que 80 % des cas de cancer du poumon auraient pu être attribués à certains facteurs de risque connus que vous pouvez contrôler.

Facteurs de risque potentiels que vous pouvez contrôler*
  • Fumée secondaire
  • Faible consommation de fruits
  • Faible consommation de légumes
Facteurs de risque potentiels que vous ne pouvez pas contrôler*
  • Antécédents familiaux
  • Antécédents personnels de cancer du poumon et d’affection pulmonaire
  • Système immunitaire affaibli
Si vous pensez être à risque ou présentez des symptômes du cancer du poumon, parlez–en immédiatement à votre médecin.

Si vous pensez être à risque ou présentez des symptômes du cancer du poumon, parlez–en immédiatement à votre médecin.

Télécharger le Guide de discussion sur le dépistage précoce
*
Veuillez noter que cette liste n’est pas exhaustive et qu’il existe d’autres facteurs de risque du cancer du poumon. Si vous avez des questions au sujet des facteurs de risque du cancer du poumon, posez–les à votre médecin.
En tenant compte des facteurs de risque connus et modifiables suivants : tabagisme, inactivité physique, radon résidentiel, pollution de l’air, fumée secondaire, faible consommation de fruits et faible consommation de légumes.
 En tenant compte des facteurs de risque connus et modifiables suivants : tabagisme, inactivité physique, radon résidentiel et pollution de l’air.